language
Guggy

Informations

Lieu : HELSINKI – FINLANDE
Adresse : Helsinki’s South Harbor
Maître d’Ouvrage : Helsinki City Government
Surface : 15.000 m²
Coût : 40m € HT
Année : 2015
Equipe : AGENCESM
Statut : International compétition

 

Le Solomon R Guggenheim museum est une icône. D’abord célèbre par sa forme, novatrice pour l’époque, mais aussi par un système de circulation inédit. La rampe favorise l’interaction du visiteur avec l’œuvre à travers le déplacement de cet observateur.
Le Mouvement est donc indissociable de l’image du Guggenheim Musée.
Le projet pour Helsinki développe ce dispositif. D’abord dans la séquence d’approche du bâtiment puis dans la découverte même des œuvres.
Franck Lloyd Wright n’aimait pas New York, une ville qu’il trouvait sur-construite et surpeuplée. Son intérêt pour le paysage l’avait conduit à privilégier une forme organique empruntée à la nature, refermée sur elle-même.
Aujourd’hui la ville est une source d’inspiration et de poésie urbaine. Ainsi les visiteurs se promenant à Paris utilisent les escalators du Centre Pompidou pour découvrir d’abord le paysage urbain, voire n’en faire que le seul argument de la visite de ce bâtiment au détriment des œuvres. Et réciproquement les personnes assises sur la place en contre bas de ce Musée assistent au ballet des visiteurs se mouvant dans les dispositifs ascensionnels.
La ville devient un spectacle. D’abord pour sa perception figée puis dans la confrontation des échelles.
Le visiteur se présente dans une entrée volontairement isolée. Puis il empreinte une navette coulissante rejoignant l’enceinte des œuvres. Pendant quelques instants il appréciera la féerie de son élévation. Il va flotter dans l’air comme dans une bulle de savon. Son œil embrasse progressivement la géographie de la ville ainsi que ses reliefs, ses accidents, ses lumières. Petit à petit il s’avance devant l’écrin des pièces artistiques. Il va pénétrer dans différentes couches de programmes. Comme les héros du « fantastic voyage » (film de 1966 réalisé par Richard Fleisher), les visiteurs observent tout l’envers du corps du musée, ses ramifications, ses organes… L’excitation grandissante comme l’expérience cinétique prévaut à la rencontre des collections. Après avoir parcouru la totalité de la longueur, le visiteur atterri sur le palier le plus haut. Il ne lui reste plus qu’à redescendre jusqu’au hall en regardant chaque œuvre.